Symptômes, test de dépistage, traitement gonorrhée chlamydia

Chlamydia ou Gonorrhée : dépistage et traitement

La chlamydiose est une infection liée à la présence de la bactérie Chlamydia trachomatis plus communément nommée Chlamydia.

La gonorrhée quant à elle est causée par la bactérie Neisseria gonorrhoeae qui est, le plus souvent, nommée gonocoque.

Chlamydia et Gonorrhée : infections asymptomatiques

Les deux infections, Chlamydia et Gonorrhée ont en commun d’être des infections asymptomatiques. Et en cas de présence de symptômes, ils sont très proches. Il est très fréquent que les deux infections soient présentes ensemble.

Dans 40 à 70 % des cas la chlamydia est asymptomatique contrairement à la gonorrhée où il s’agit de 10 % des cas, surtout si elle est située dans le rectum ou dans la gorge.

La période d’incubation est différente entre la Gonorrhée et la Chlamydia :

  • 2 à 10 jours pour la gonorrhée
  • 5 à 10 jours pour la chlamydia (mais peut-être plus long si asymptomatique)

Les symptômes lors de l’infection

La gonorrhée et la chlamydiose peuvent entraîner une inflation de l’urètre provoquant ainsi une sensation de brûlure au moment où l’on urine (chaude-pisse). On peut également constater un écoulement urétral ou la présence de ganglions dans l’aine.

Les écoulements du gonocoque sont généralement jaunâtres crémeux alors que ce de la Chlamydia sont blanchâtres vitreux. Les écoulements sont parfois très discrets voire totalement absents.

De plus, l’écoulement peut se stopper au bout de quelques jours ou quelques semaines sans aucun traitement. Toutefois, il peut subsister des bactéries non éliminées. Il y a donc un grand risque de rester porteur de la bactérie et donc d’être infectieux pendant plusieurs mois sans symptômes.

Le gonocoque et la chlamydiose peuvent atteindre les testicules et provoquer des douleurs. Dans de rares cas, elles peuvent toucher la prostate.

Le plus souvent, les infections au niveau anal ne présentent pas de symptômes. S’ils sont présents, les symptômes d’une infection anale sont des picotements à l’anus, des écoulements visqueux, des saignements, des douleurs, de fausses envies d’aller à la selle entraînant des constipations ou des diarrhées (Gonorrhée et Lymphogranulome vénérien).

Dans des cas plus rares, le gonocoque peut causer des inflammations au niveau de la gorge (rarement symptomatique), très généralement considérées comme des angines virales car il provoque une enflure douloureuse.

Il peut arriver qu’une gonorrhée ou une urétrite se guérissent d’elles-mêmes. Toutefois, une gonorrhée qui se résorbe peut occasionner une épididymite chronique chez l’homme.

Dépistage et traitement

Le diagnostic des infections Chlamydia ou Gonorrhée s’effectue via un process commun. Il est d’ailleurs possible de commander sur Internet des auto-test permettant d’identifier la contamination par l’une ou l’autre des bactéries.

Le diagnostic peut également être réalisé par un prélèvement au niveau de la gorge, de l’anus ou de l’urètre. Des tests urinaires existent également.

Etant donné que la grande majorité des personnes infectées ne présentent pas de symptôme, il est recommandé d’effectuer un dépistage régulier :

  • 1 fois par an au-delà d’un partenaire sexuel
  • 2 fois par an au-delà de 10 partenaires sexuels

La multiplication du nombre de partenaire sexuel augmente le risque d’être contaminé par la Chlamydia ou la Gonorrhée malgré l’utilisation du préservatif.

Dans le cas où une chlamydia est dépistée au niveau anal, une analyse complémentaire doit être effectué afin de vérifier s’il s’agit d’un type responsable du lymphogranulome vénérien (LGV). Ce dernier doit être traité de manière différente.

Quel traitement ?

La Gonorrhée peut présenter une forte résistance aux traitements par antibiotiques. Une double antibiothérapie peut être prescrite pour diminuer les formes de résistances au traitement.

La Chlamydia se traite très efficacement par antibiotique et permet d’éliminer la présence bactérienne en 7 jours. Le traitement Chlamydia peut être commandé en ligne. L’Azithromycine est le traitement le plus efficace contre la Chlamydia.

Dans le cas d’un LGV, un traitement de 3 semaines est nécessaire accompagné d’un contrôle clinique afin de vérifier la guérison du patient.

Après avoir suivi le traitement, il est recommandé de s’abstenir de toute activité sexuelle durant 7 jours (ou d’utiliser des préservatifs pour tous types de rapport vaginaux, anaux, oraux). Cela évitera toute transmission à un partenaire qui pourrait entraîner une recontamination par la suite de la personne traitée.

Les complications en cas de non traitement

Non traitées ces infections peuvent entraîner des complications plus généralisées ou l’infertilité.

Le lymphogranulome vénérien (LGV) est causé par un type de bactéries Chlamydia trachomatis. Il provoque des symptômes digestifs bas ou anaux. Non traité il peut causer une inflammation locale persistante entraînant la formation de connexions anormales inter-organe (fistules).

Des infections répendues en Europe

La Chlamydia et la gonorrhée sont des infections répandues en Europe. Souvent la contamination a lieu très tôt dans le début de la vie sexuelle. La croissance des contaminations à la Chlamydia contraint les pouvoirs publics à lancer des campagnes de préventions pour stopper l’évolution de cette infection.

Les infections à gonocoque

En grande majorité, ce ceux les hommes qui sont touchés par l’infection gonorrhée. Les hommes ayant des rapports avec d’autres hommes sont proportionnellement plus contaminés que les hommes ayant des rapports uniquement avec des femmes.

Les infections à la chlamydia

La chlamydia est une infection qui est très répandue. On note qu’en majorité ce sont les infections chez les femmes qui sont reportées car elles sont plus souvent dépistées en raison de problèmes d’infertilité ou d’autres complications infectieuses. Elles présentent également plus souvent des symptômes que les hommes. Ces derniers n’ayant le plus souvent pas de symptômes, ils sont rarement dépistés.

Toutefois, de nombreux hommes sont porteurs de la Chlamydia et plus particulièrement chez les hommes ayant des rapports avec d’autres hommes.

Le lymphogranulome vénérien

Le LGV est plus répandu dans les pays tropicaux. Toutefois, on note ces dernières années une recrudescence dans les grandes villes d’Europe. Le LGV représente environ 10 % des infections chlamydia.

La transmission des infections Gonorrhée ou Chlamydia

Les infections Chlamydia et Gonorrhée se transmettent lors de rapport sexuel : pénétration vaginale ou anale, rapports oraux… Mais ce type d’infection peut également se transmettre par contact avec un objet contaminé comme un sextoys.

La transmission de la Gonorrhée par sexe orale (fellation) est très fréquente.

Information des partenaires

Il est recommandé d’informer les partenaires des 2-3 derniers. Le dépistage et le traitement sont essentiels pour limiter les infections en chaîne et les réinfections suite à traitement.

Comment ne pas attraper la Chlamydia ou la Gonorrhée ?

L’usage du préservatif lors de toute pénétration vaginale ou anale est essentiel bien qu’insuffisant. Les pratiques sexuelles orales sans préservatif sont responsables d’un grand nombre de transmission.

Un dépistage régulier est recommandé pour toute personne ayant plus d’un partenaire par an :

  • Au-delà d’un partenaire : dépistage une fois par an
  • Au-delà de 10 partenaires : dépistage 2 fois par an

La multiplication des partenaires entraine l’augmentation des risques d’infection. Il est également fortement recommandé de réaliser un test de dépistage en cas de préservatif déchiré ou autres accidents pouvant entraîner une contamination.

Vigilance après la guérison

La guérison d’une infection Chlamydia ou Gonorrhée ne protège pas d’une nouvelle infection future. Il est essentiel de rester vigilant et de réaliser régulièrement un test de dépistage.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>